Donner la priorité aux femmes et aux filles

Nous accordons la priorité aux femmes et aux filles en raison de l’« effet d’entraînement » associé à ce choix. En effet, les recherches montrent que lorsque la situation s’améliore au chapitre de l’égalité des femmes, les conditions économiques et sociales s’améliorent aussi pour l’ensemble des membres de la société.

Comme on peut le lire dans un document du Forum économique mondial, « le principal déterminant de la compétitivité d’un pays est son talent humain : les compétences, la formation et la productivité de sa main-d’œuvre ». Étant donné que les femmes représentent un peu plus de la moitié de la population du Canada, le fait de favoriser l’autonomisation des femmes permet de tirer profit au maximum de l’ensemble de nos talents. Le Forum mentionne aussi « les nombreuses études réalisées au cours de la dernière décennie qui ont confirmé qu’un recul des inégalités entre les sexes entraînait un accroissement de la productivité et stimulait la croissance économique ».

Et pour reprendre les propos de Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies : « ... [L]es avantages peuvent être immédiatement vus : les familles sont en meilleure santé et mieux nourries ; leur revenu, leur épargne et le réinvestissement s’accroissent. Et ce qui est vrai des familles est également vrai des communautés et, dans le long terme, de pays entiers. »

Le fait de donner aux femmes et aux filles la possibilité de se créer une vie meilleure est un investissement intelligent qui ouvre la porte à un monde meilleur.