Jinger Forde

 « Nous nous donnons mutuellement des forces... »

J’ai grandi dans un contexte où j’avais toutes les chances de réussir. Après avoir fréquenté l’école privée, je me suis enrôlée dans l’armée, et c’est à ce moment-là que tout s’est mis à dégringoler.

Tout le monde me percevait comme une femme dotée d’une force incroyable, mais cela n’était qu’apparences. Je me souviens de périodes où je restais assise sur mon divan pendant des jours, dans un état que je sais maintenant être de la dépression. Dans ma culture, je ne crois pas que nous savions ce que c’était que la dépression. Pendant un certain temps, j’ai songé à mettre fin à mes jours. Je ne croyais pas que ma vie avait de la valeur ou de l’importance.

Durant cette période, je n’avais rien : pas d’espoir, pas d’argent, pas de travail. J’ai réellement atteint le fond du baril et j’ai eu très peur. Je n’avais personne, et j’étais habitée par un sentiment de honte.

Alors que je séjournais dans une maison d’hébergement, une femme que je ne connaissais pas m’a dit : « Je ne te vois jamais manger. » Et je me souviens d’avoir pensé : « Quelqu’un m’a remarquée? » J’avais passé les dernières années habitée par le sentiment d’être invisible. La femme a ajouté : « Je vais te donner la moitié de ce que j’ai. » Elle m’a alors tendu trois boîtes de soupe et vingt dollars.

Mais bien plus que vingt dollars, c’est de l’espoir qu’elle m’avait donné!

Et aujourd’hui, en faisant des dons, je paye au suivant.

J’ai eu l’occasion de raconter mon histoire lors d’un événement organisé par la Fondation, et une personne a fait un don. Au début, je croyais qu’il s’agissait d’un chèque de 2 500 $, mais j’ai regardé de nouveau. Le montant du chèque était de 25 000 $, et il était accompagné d’une note qui se lisait comme suit : « Les femmes doivent aider les autres femmes. » Je n’en revenais pas : « Quelqu’un a donné 25 000 $ à partir de ce que j’avais à partager, à partir de ma passion? »

C’est drôle, car les donatrices croient qu’elles donnent quelque chose aux participantes, et les participantes croient recevoir quelque chose des donatrices, alors qu’en réalité, elles se font mutuellement un don. Nous nous donnons mutuellement des forces.

Selon moi, les 20 prochaines années vont être phénoménales. J’ai le sentiment que quelque chose de très excitant est en train de se produire. Je sens cette incroyable poussée. Et j’ai l’impression que les choses ne font que commencer à bouger.            

J’ai hâte de m’investir encore davantage.

Jinger Forde, directrice des opérations, Oliver Capital Partners Inc.
Donatrice et bénévole