COVID-19: How Your Support Helps Women and Girls During the Pandemic

Le travail inquiétant des femmes dans la pandémie COVID-19

Pour la version anglais, cliquez ici. / For the English version, click here.

Au Canada, les femmes sont nettement plus inquiètes que les hommes au sujet de la crise COVID-19. Par exemple, un récent sondage réalisé par (lien en anglais) Abacus Data a constaté que 49 pour cent des femmes ont déclaré se sentir “très inquiètes” de l’épidémie, contre 33 pour cent des hommes. Trente-sept pour cent des hommes ont déclaré qu’ils n’étaient “pas du tout inquiets” ou “peu inquiets” à propos de l’épidémie.

Les données montrent également que les hommes sont moins susceptibles de suivre les conseils des responsables de la santé publique concernant le maintien à la maison et la distanciation sociale.

Étant donné la tranche d’âge des personnes les plus inquiètes au sujet du virus, les inquiétudes des parents peuvent jouer un rôle . Dans ce cas, les femmes semblent encore porter un plus grand fardeau d’inquiétude.

L’inquiétude et l’attention accordées à la famille sont parfois qualifiées de “travail d’inquiétude”. La personne dans l’unité familiale qui assume le plus du travail d’inquiétude est souvent le “soucis désigné” dans le ménage. De nombreuses études sur les couples hétérosexuels ont montré que les femmes assument davantage le “rôle de la personne préoccupante” que les hommes ; (lien en anglais)  études sur les couples hétérosexuels ont constaté que les femmes assument ce rôle plus souvent que les hommes.

Cette dynamique se reflète dans un autre sondage d’opinion de Léger qui a révélé que 75 % des femmes interrogées avaient peur qu’un membre de leur famille ne contracte le virus, contre 64 % des hommes.

Mais pourquoi les femmes s’inquiètent-elles tellement plus que les hommes ?

Nous avons vu le trope dans les médias : un mari calme et serein avec une femme qui s’occupe de tout, qui s’inquiète de tout ce qui va mal ou pourrait aller mal. Les préoccupations communes aux femmes sont souvent traitées de cette façon, facilement écartées et reconsidérées comme du fourrage à comédie. C’est l’une des façons dont le sexisme et la domination masculine se manifestent invisiblement. Il dissimule les préoccupations et les angoisses légitimes des femmes dans le travail de préparation, ainsi que leurs responsabilités non rémunérées en matière de soins.

Certains ont fait valoir que c’est biologique – que les femmes sont programmées pour être plus réticentes à prendre des risques pour pouvoir s’occuper de leurs enfants. Mais un grand nombre d’études ont également mis en évidence les facteurs sociologiques et sociétaux qui entrent en jeu dans le travail de gestion des risques des femmes.

Un facteur évident, non biologique, est que les femmes ont beaucoup de raisons de s’inquiéter. Une étude australienne a révélé que les femmes sont beaucoup plus susceptibles de s’inquiéter des problèmes sociaux, dont la disproportion les affecte souvent. Cela inclut (lien en anglais) “la pauvreté, le chômage, le racisme, l’économie, les affaires internationales et l’environnement“.  Les femmes pensent et vivent ces questions de manière unique, et certaines femmes sont doublement et triplement touchées en raison de leur identité intersectionnelle. Les femmes racialisées sont par exemple confrontées au racisme et au sexisme, et elles sont plus susceptibles d’être confrontées à la pauvreté.

Les femmes sont également plus susceptibles de subir des violences physiques et mentales, ce qui est lié à une incidence plus élevée de troubles anxieux . Cela peut certainement ajouter à leurs inquiétudes concernant leurs enfants et les personnes dont ils s’occupent.

En cette période de pandémie mondiale, les inquiétudes très réelles des femmes concernant l’économie et le chômage ne font que s’amplifier. Au Canada, des milliers de personnes ont été licenciées et dépendent de l’aide d’urgence. Il ne fait aucun doute que les femmes ressentent le manque à gagner en jouant le rôle de “porteuses de troubles désignées” alors qu’elles jonglent avec le travail, la garde des enfants et les soins aux personnes âgées.

Si vous êtes l’une des nombreuses femmes inquiètes en ce moment, essayez de prendre du recul, de vous déconnecter d’Internet de temps en temps et de trouver de petits moments pour vous.

Et nous pouvons tous faire quelque chose pour alléger le fardeau de l’inquiétude des femmes vulnérables au Canada dans cette crise. Il est plus vital que jamais que nous soutenions toutes les femmes dans tout le pays. Si vous êtes en mesure de soutenir d’autres personnes pendant cette crise, veuillez contribuer à notre Fonds Les Persévérantes ensemble!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BLOGGERS

View More