fbpx
COVID-19 : Comment votre soutien aide les femmes et les filles pendant la pandémie

Nouvelles du REGC

Le Réseau d’égalité des genres Canada (REGC) est un projet unique de trois ans visant à faire avancer l’égalité des genres au Canada.

Consultez les plus récentes actualités du REGC ici.

    • 4e rencontre nationale du REGC

      AVRIL 2019 — 4e RENCONTRE NATIONALE — SASKATOON, SASKATCHEWAN

      Points saillants de la rencontre :

      La 4e rencontre nationale du Réseau d’égalité des genres Canada a eu lieu les 1er et 2 avril 2019 à Saskatoon.

      C’est l’Aînée et Gardienne du Savoir May Henderson, de Prince Albert, récipiendaire du Prix Femmes de mérite d’YWCA Saskatoon et de l’Ordre du mérite de la Saskatchewan, qui a animé les cérémonies d’ouverture et de clôture de la rencontre.

      Perspectives des jeunes femmes :
      Zoey Roy, une artiste Cree-Dene et éducatrice primée, a prononcé une puissante allocution inspirée de son propre parcours transformateur. Zoey est une poétesse, autrice et cinéaste reconnue. Elle est aussi consultante en engagement communautaire, chercheuse et éducatrice communautaire.

      Quinze filles du groupe parascolaire « Girl Power » de la Première Nation de Sturgeon Lake ont fait une présentation sur les défis qu’elles doivent relever au sein de leur communauté et sur les solutions qu’elles contribuent à créer.

      Le développement du réseau :

      Une motion révisée sur le rôle des leaders du REGC et les livrables, présentée à la 3e rencontre nationale et traitée par processus délibératif en ligne, a été adoptée. La motion affirme que les principes de représentation, de décolonisation et d’autonomie doivent être appliqués au développement d’un Plan d’action national sur l’égalité des genres au moyen d’une vaste consultation démocratique.

      Les leaders du REGC ont également adopté une motion révisée sur les Liens, relations et responsabilités.

      Compétences, stratégies et approches :

      Quatre leaders du REGC ont animé une discussion sur la « Liste de vérification pour une meilleure inclusion » et présenté des stratégies et moyens d’action favorables à des pratiques et politiques plus inclusives. Cette discussion était l’une de nombreuses activités menées lors des rencontres nationales pour mettre de l’avant une perspective d’inclusion intersectionnelle (avec un accent sur le handicap) en matière d’égalité des genres. Les panélistes ont abordé les obstacles à l’inclusion et l’égalité, dont le manque d’accès physique, le manque de financement pour des services d’interprétation ASL et d’autres mesures d’aide, ainsi que la manière dont les critères des programmes, les démarches de liaison et les pratiques communicationnelles peuvent involontairement limiter l’accès à certaines personnes. Les leaders du REGC ont appliqué la Liste de vérification pour une meilleure inclusion à une discussion subséquente sur les demandes politiques.

      Panélistes :
      Doris Rajan
      Fran Odette
      Nelly Bassily
      Quinn Saretsky

      En soirée, une « Foire de l’égalité des genres », ouverte au public, a donné l’occasion aux participant-e-s de présenter leurs projets locaux et d’échanger au sujet de leurs défis et réussites.

      Après une présentation portant sur les rôles et responsabilités traditionnelles des femmes autochtones en tant que leaders, gardiennes de la vie, raconteuses, guérisseuses et porteuses de la parole, les leaders du REGC ont participé à l’exercice du « Mur de l’histoire », lequel sert à retracer les moments clés de la relation entre les peuples autochtones et la Couronne. De nombreuses femmes autochtones présentes dans la salle ont donné des exemples personnels de cette histoire, dont le retrait forcé des enfants envoyés en pensionnat, loin de leur famille et de leur communauté; les conséquences négatives de la Loi sur les Indiens; la rafle des années 1960; la crise d’Oka; la reconnaissance constitutionnelle des droits des Autochtones; les batailles judiciaires remportées; et la résistance continue.

      Plans et politiques :

      En sous-groupes, les leaders du REGC ont passé en revue une deuxième version de l’ébauche du Plan d’action national sur l’égalité des genres. À la fin de la rencontre, un tiers des leaders du REGC sur place se sont porté-e-s volontaires pour travailler à distance afin de développer une autre version du plan à temps pour la 5e rencontre nationale en novembre 2019.

      Les leaders du REGC se sont réunies en sous-groupes pour poursuivre l’élaboration de demandes politiques et ont entendu des présentations des groupes de travail sur :

      • Environnment
      • Femmes et filles autochtones
      • Femmes immigrant-e-s
      • L’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) La recherche et les données
      • La violence à caractère genré
      • Le droit familial et violence faite aux femmes
      • Leadership des femmes
      • Réponses du système judiciaire à l’agression sexuelle et à la violence
      • Service de garde universelle
    • 3e rencontre nationale du REGC

      OCTOBRE 2018 3e RENCONTRE NATIONALE VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE

      Points saillants de la rencontre :

      La 3e rencontre nationale du Réseau d’égalité des genres (REGC) a eu lieu les 15 et 16 octobre 2018 à Vancouver.

      L’Aînée Sharon Jinkerson-Brass de la Première Nation Key de Saskatchewan et la joueuse de tambour et Aînée Glida Morgan de la Première Nation Tla’amindes Salish de la côte nord ont animé les cérémonies d’ouverture et de clôture.

      L’honorable Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine, a participé au rassemblement pour annoncer la mise sur pied d’un nouveau fonds de renforcement des capacités à l’intention des organismes de femmes et des organismes autochtones au service des femmes.

      Perspectives des jeunes femmes :

      Quatre jeunes femmes de la région de Vancouver ont présenté leurs points de vue en matière d’équité et d’égalité. Elles ont principalement abordé la nécessité de contester les croyances et systèmes coloniaux et de reconnaître l’importance d’une conception inclusive pour permettre aux personnes en situation de handicap de participer pleinement à la société. L’éducation, en particulier celle des jeunes hommes, joue aussi un rôle clé dans la création d’espaces sécuritaires où les personnes peuvent parler de privilège, de race, de genre et d’autres concepts relatifs à l’équité et l’égalité.

      Panélistes :

      • Wendy Simon, doyenne des étudiants et étudiantes, Native Education College
      • Jana Husseini, défenseuse des droits des personnes handicapées
      • Riya Khanna, étudiante en gestion des affaires, UBC
      • Ryme Lahcene, agente d’établissement, Franklin School Board

      Le développement du réseau :

      Les leaders du REGC ont formellement adopté un processus décisionnel de « consensus au vote » (changeant ainsi le modèle précédent) ainsi qu’une politique en matière de communication.

      Les leaders ont poursuivi les discussions au sujet de la proposition d’un cadre de gestion des relations pour le REGC. Avec un processus décisionnel désormais adopté, des leaders du REGC ont présenté une motion pour réviser l’objectif de livrer un Plan d’action national au gouvernement fédéral. La motion a été soumise à un processus délibératif en ligne après la rencontre.

      Compétences, stratégies et approches :

      Des leaders du REGC ont animé une table ronde intitulée « Une pratique inclusive, intégrée et intersectionnelle » en mettant l’accent sur la nécessité de travailler directement avec des organismes de terrain venant en aide aux femmes marginalisées, dont les femmes en situation de handicap intellectuel ou psychosocial, les femmes racisées, les réfugié-e-s, les femmes trans ou non conformes sur le plan du genre et les femmes autochtones. Les organismes doivent créer des possibilités de leadership, par exemple en ouvrant des postes sur les conseils d’administration. La table ronde a été suivie d’une discussion en sous-groupes sur les moyens concrets de rendre les organismes plus inclusifs.

      Panélistes :

      Huit leaders du REGC ont pris part à une table ronde portant sur les « Stratégies pour avancer l’égalité des genres », abordant notamment l’importance de la décolonisation pour les allochtones et les Autochtones ainsi que l’importance de contester les normes patriarcales et de soutenir la guérison des femmes. Elles ont souligné la nécessité de collaborer et de trouver des allié-e-s ainsi que l’importance d’inclure les hommes dans la lutte contre la violence à caractère sexuel. La collaboration est particulièrement importante pour entraîner des changements législatifs, y compris des relations allant au-delà des affiliations politiques, et des collaborations avec des politiciens et fonctionnaires. Il est important de savoir ce qui a été fait dans le passé pour anticiper la résistance et bien s’y préparer, et de simultanément mettre en œuvre diverses stratégies.

      Panélistes :

      Un événement de soir, « Au-delà du REGC : quel chemin à suivre après 2020?», portait sur les suites possibles du projet après la fin du financement en 2020. Les panélistes ont parlé de la nécessité pour les organismes et les réseaux de femmes de devenir complètement intersectionnels et de partager le leadership. Elles ont également discuté des défis que pose la dépendance aux fonds privés ou gouvernementaux et de la nécessité de poursuivre le travail de défense des droits et de travailler à différentes échelles (fédéral, provincial, local).

      Panélistes :

      Plans et politiques :

      Les leaders du REGC ont traité d’une ébauche pour la première version d’un Plan d’action national sur l’égalité des genres, en fonction des contributions faites lors des rencontres nationales précédentes. Les commentaires ont été compilés dans le but de reformuler l’ébauche.

      Les groupes de travail sur les demandes politiques ont continué à formuler des demandes précises dans les domaines suivants :

      • Exploitation sexuelle
      • Femmes en STIM
      • Femmes et filles autochtones
      • Femmes handicapées, Inclusion et équité des genres
      • Femmes immigrant-e-s
      • Genre et incarcération
      • Intersectionnalité et inclusion
      • L’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) La recherche et les données
      • Leadership des femmes
      • Les jeunes
      • Réponses du système judiciaire à l’agression sexuelle et à la violence
      • Service de garde universelle
      • Violence faite aux femmes et le droit familial
      • Violence faite aux femmes/ la violence à caractère genré (général)
    • 2e rencontre nationale du REGC

      AVRIL 2018 – 2e rencontre nationale – HALIFAX, NOUVELLE-ÉCOSSE

      Points saillants :

      La 2e rencontre nationale du REGC a eu lieu à Halifax les 30 avril et 1er mai 2018.

      L’Aînée Catherine Martin, de la Première Nation de Millbrook, à Truro, en Nouvelle-Écosse, a guidé les cérémonies d’ouverture et de clôture.

      Au cours des deux jours de la rencontre, l’artiste Bria Miller a créé des notes graphiques représentant les activités et les enjeux abordés sous la forme d’une fascinante illustration grand format. Cette vidéo donne un aperçu d’une partie de son processus et du projet.

      Perspectives des jeunes femmes :

      Pour intégrer les voix et perspectives de jeunes femmes dans les discussions du REGC, des jeunes femmes de la région ont présenté leurs points de vue sur l’équité et l’égalité des genres dans le cadre d’un Panel de jeunes. Elles ont parlé de l’importance capitale de l’intersectionnalité et expliqué que même s’il est important de parler des défis et des obstacles à l’égalité, il est tout aussi important d’articuler une vision pour le changement et de garantir que de nombreuses perspectives y soient incluses.

      Panélistes :

      • Masuma Khan, vice-présidente du syndicat des étudiantes et étudiants de l’Université Dalhousie
      • Bria Miller, artiste, performeuse, éducatrice artistique et animatrice communautaire
      • Nelly Dennene, directrice générale du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick
      • Jennifer O’Keefe, chercheuse féministe, ancienne représentante des étudiantes Femmes au syndicat étudiant de l’Université Mount Saint Vincent

      Le développement du réseau :

      Jennifer Richards, leader du REGC, a présenté un document de travail sur différents modèles décisionnels, et les leaders ont discuté la révision de leur processus décisionnel. Les leaders ont également continué à discuter du cadre de gestion des relations et des termes de référence pour le réseau et ont décidé de raffiner les deux modèles après la rencontre, en ligne. La communauté de pratique en ligne a été lancée avant la rencontre et les leaders ont reçu du soutien pour y accéder tout au long de la rencontre.

      Les leaders du REGC ont entendu les faits saillants du document L’égalité des femmes au Canada : une analyse environnementale, préparée pour le projet à l’aide d’entrevues auprès de militant-e-s et leaders de partout au pays. Le rapport nomme l’action pour éliminer la violence faite aux femmes, la pauvreté et la sécurité économique, l’égalité pour les femmes autochtones et l’application d’une analyse intersectionnelle comme éléments clés pour atteindre l’égalité des genres au Canada. Téléchargez le sommaire exécutif ou le rapport complet.

      Compétences, stratégies et approches :

      Des leaders du REGC ont présenté des témoignages de réussites en matière d’égalité des genres dans le cadre d’un panel et ont ensuite abordé en sous-groupes les détails des démarches présentées. Les leaders ont clairement nommé le besoin d’un financement de base continu pour les projets visant l’égalité.

      Panélistes :

      Pendant la rencontre de deux jours, les leaders du REGC ont discuté de stratégies visant à rendre les rencontres nationales plus inclusives pour les femmes en situation de handicap et les femmes accompagnées d’enfants.

      Plans et politiques :

      Les leaders du REGC ont participé à des discussions en sous-groupe pour élaborer une vision d’un Plan d’action national pour l’égalité des genres.

      Le groupe de travail sur les demandes politiques a continué à discuter des demandes politiques à l’égard de divers sujets :

      • Accès aux services dans le cas d’agression sexuelle et d’autres violences
      • Exploitation sexuelle
      • Femmes en STIM et dans les métiers non traditionnels
      • Femmes et filles autochtones
      • Femmes handicapées, Inclusion et équité des genres
      • Femmes immigrant-e-s
      • Genre et incarcération
      • Intersectionnalité et inclusion
      • L’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) La recherche et les données
      • Leadership des femmes
      • Logement
      • Mobilization féministe
      • Politique des jeunes
      • Réponses du système judiciaire à l’agression sexuelle et à la violence
      • Sécurité économique
      • Service de garde universelle
      • Violence faite aux femmes et le droit familial
      • Violence faite aux femmes/ la violence à caractère genré (général)
    • 1e rencontre nationale du REGC

      SEPTEMBRE 2017 – LANCEMENT ET PREMIÈRE RENCONTRE NATIONALE – TORONTO, ONTARIO

      Points saillants de la rencontre :

      La première rencontre nationale du Réseau d’égalité des genres Canada (REGC) a eu lieu à Toronto du 18 au 20 septembre 2017.

      L’Aînée Claudette Commanda, une Aînée Anishinabe de la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, a ouvert et clos la rencontre de deux jours.

      L’honorable Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine, a formellement annoncé le lancement du projet de Réseau d’égalité des genres Canada.

      Regardez la vidéo d’introduction au REGC, accompagnée de photos de la première rencontre nationale.

      Lisez le billet du blogue de la Fondation canadienne des femmes : Gender Equality Network Canada: A brand new initiative to advance gender equality.

      Perspectives des jeunes femmes :

      Pour inclure les perspectives des jeunes femmes aux discussions du REGC, des jeunes femmes de la région de Toronto ont présenté leurs points de vue sur l’équité et l’égalité des genres lors d’un dynamique panel de jeunes.

      Panélistes :

      • Andrea (Andy) Villanueva, militante latina et cinéaste
      • Awo Abokor, éducatrice et facilitatrice communautaire
      • Dvorah Silverman, coordonnatrice des bénévoles et des projets spéciaux, YWCA Toronto
      • Nasma Ahmed, spécialiste en renforcement des capacités et en technologies
      • Sydney Piggott, YWCA Canada, étudiante de troisième cycle, Munk School of Global Affairs
      • Wendy De Souza, animatrice d’ateliers d’éducation populaire
      • Cassandra Zaugg-Fraser, étudiante, Université Wilfrid-Laurier

      Le développement du réseau :

      Les leaders du REGC ont parlé du développement d’un cadre de gestion des relations (termes de référence) qui servirait à clarifier leurs responsabilités à titre de leaders du réseau. Après avoir discuté et testé des modèles, un processus décisionnel basé sur le consensus a été adopté. Des groupes de travail ont été mis sur pied pour poursuivre le développement du réseau entre les rencontres nationales.

      Les leaders du REGC ont écouté une présentation sur le travail du Comité consultatif, qui est formé de 17 organismes travaillant à faire avancer l’égalité des genres au Canada. Le comité a été mis sur pied avant la première rencontre nationale afin de faciliter la participation des organisations nationales de femmes et de promotion de l’égalité des genres. Les propositions pour la création d’une communauté de pratique en ligne et d’un cadre d’évaluation ont été présentées. Les leaders du REGC se sont exprimé-e-s au sujet de l’élaboration d’un plan de communication.

      Compétences, stratégies et approches :

      Les leaders du REGC ont participé avec enthousiasme à la construction d’une ligne du temps féministe, un exercice portant sur les événements et les enjeux historiques qui ont contribué aux discussions sur l’avancement de l’égalité des genres et des femmes au Canada.

      Farrah Khan, de la Table ronde de l’Ontario sur la lutte contre la violence faite aux femmes, Caroline Jacquet, de la Fédération des femmes du Québec et Cora Lee McGuire, de l’Association des femmes autochtones de l’Ontario, ont été invitées à parler des apprentissages et des stratégies ayant émergé de leurs projets pour l’égalité des genres.

      Pour les leaders du REGC, l’un des points marquants a été la réunion en petits groupes axés sur des enjeux, au cours desquels elles ont échangé des informations sur leurs projets locaux en matière d’égalité des sexes et ont discuté des moyens de coopérer pour un changement de politique.

      Plans et politiques :

      Les leaders du REGC ont commencé à créer des groupes de travail sur les demandes politiques qui devront se réunir entre les rencontres nationales afin d’élaborer des demandes politiques et de financement détaillées au sujet d’enjeux comme la sécurité économique, la santé, le logement, l’immigration, les femmes autochtones, la justice et la violence faite aux femmes.

      À l’aide du modèle de consensus, les leaders du REGC ont adopté une déclaration appelant à un « redémarrage » de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones assassinées et disparues.

      À l’aide du modèle de consensus, les leaders du REGC ont adopté une déclaration appelant à un « redémarrage » de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones assassinées et disparues.

       

L’égalité des femmes au Canada : Une analyse environnementale Résumé Rapport final

Médias sociaux

Gender Equality Network Canada: A brand new initiative to advance gender equality Billet sur le blog de la Fondation canadienne des femmes

Videos

Présentation du Réseau d’égalité des genres Canada, un compte-rendu vidéo de la première rencontre nationale du REGC.
Rencontrez le Réseau d’égalité des genres Canada!Un aperçu de l’initiative du REGC

Discussion de groupe de jeunes – Toronto

Discussion de groupe de jeunes – Vancouver

Discussion de groupe de jeunes – Halifax