COVID-19 : Comment votre soutien aide les femmes et les filles pendant la pandémie

Nos mères fondatrices :
huit pionnières

La Fondation canadienne des femmes doit beaucoup à ses mères fondatrices. Ces huit femmes pionnières ont mis en place une organisation nationale qui a su galvaniser les philanthropes féministes et faire progresser l’égalité des genres au Canada. Pour en savoir plus sur la façon dont la Fondation a vu le jour en 1991, lisez Notre histoire.


Nancy Ruth
Nancy Ruth est reconnue comme la première « philanthrope féministe » du Canada. Lorsqu’elle siégeait au Sénat (de 2005 à 2017), elle a piloté les rapports du vérificateur général sur l’analyse comparative entre les genres et a fait pression pour l’adoption d’une version non genrée de l’hymne national du Canada, l’Ô Canada. Nancy a également été une bienfaitrice importante pour de nombreuses organisations de bienfaisance féminines, dont la chaire d’études féminines Nancy Rowell Jackman de l’Université Mount Saint Vincent. En plus d’être l’une des mères fondatrices de la Fondation canadienne des femmes, Nancy a cofondé le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (LEAF-FAEJ) ainsi que la Coalition de la Charte des droits, en plus de jouer un rôle clé dans le lancement de la Linden School et du Fonds pour l’avenir des femmes. Nancy a été décorée de l’Ordre du Canada en 1994 pour son activisme et sa philanthropie féministe.
Image : avec l’aimable autorisation du Sénat du Canada

Mary Eberts
Mary Eberts est reconnue à l’échelle nationale et internationale pour son travail en matière d’égalité et de droits de la personne en tant qu’avocate et professeure de droit constitutionnel. Elle a occupé la chaire Gordon F. Henderson en droits de la personne à l’Université d’Ottawa de 2004 à 2005 et la chaire Ariel F. Sallows en droits de la personne à l’Université de la Saskatchewan de 2011 à 2012. En 2014, Mary était l’avocate constitutionnelle en résidence au David Asper Centre for Constitutional Rights de l’Université de Toronto. Elle a également cofondé le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (LEAF-FAEJ). Elle a longtemps été conseillère juridique de l’Association des femmes autochtones du Canada et a travaillé dans le domaine du droit autochtone et des droits à l’égalité. Mary a été faite Officière de l’Ordre du Canada en 2018 pour sa contribution au capital intellectuel de la nation.
Image : avec l’aimable autorisation de l’Université de la Saskatchewan

Rosemary Brown (1930-2003)
Rosemary Brown a été la première femme noire élue membre d’une assemblée législative provinciale au Canada. Elle a siégé comme députée du Nouveau parti démocratique (NPD) de 1972 à 1986. Elle a également été la première femme au Canada à se présenter à la direction d’un parti politique fédéral canadien, une percée qui a incité de nombreuses femmes à se porter candidates. En tant que députée au cours des années 1970, Rosemary a contribué à l’introduction d’une loi interdisant la discrimination fondée sur le sexe ou l’état civil, a aidé à mettre en place la Commission Berger sur la famille et a formé un comité pour éliminer le sexisme dans les manuels et les programmes scolaires. Elle a aussi été commissaire en chef de la Commission ontarienne des droits de la personne de 1993 à 1996. En tant que défenseure des droits des femmes, elle a été médiatrice et cofondatrice du Vancouver Status of Women Council. Rosemary a reçu la bourse de perfectionnement des Nations Unies en matière de droits de la personne en 1973, a été nommée à l’Ordre de la Colombie-Britannique en 1995 et a été faite Officière de l’Ordre du Canada en 1996.

Dawn Elliot (1955-2005)
Dawn Elliot a participé activement au développement initial de Lupus Canada, un organisme de bienfaisance national qui se consacre à l’amélioration des conditions de vie des personnes vivant avec cette maladie auto-immune. Elle est l’ancienne présidente et membre du conseil d’administration d’Ability Online, un organisme de bienfaisance et un réseau implanté à Toronto œuvrant au service des jeunes en situation de handicap ou chroniquement malades. Dawn s’est aussi engagée auprès de Cliffcrest Community Services, West Hill Community Services et du Emily Stowe Shelter. Elle a reçu la Médaille du jubilé de la Reine (nommée par la Coalition canadienne des organismes de bienfaisance en santé) et le prix « Femmes de mérite » de la YWCA.
Image : dossiers de la Fondation canadienne des femmes

Kay Sigurjonsson (1933-2016)
Kay Sigurjonsson a été directrice générale associée de la Federation of Women Teachers’ Associations of Ontario et membre fondatrice du Comité canadien d’action sur le statut de la femme, en 1972. Elle a siégé au Comité consultatif sur les nominations à la magistrature de l’Ontario et au conseil d’administration de l’Association canadienne des libertés civiles, et a été présidente nationale de l’Alliance canadienne en solidarité avec les autochtones. De 1969 à 1973, Kay a coanimé CBC Weekend, la série phare du réseau de télévision CBC en matière de programmation d’information, et a participé au panel lors du débat sur la condition féminine lors des élections fédérales de 1984, le premier et l’unique débat sur les questions féminines dans l’histoire du Canada. Kay a été nommée « Femme de mérite » par la YWCA pour son travail.
Image : avec l’aimable autorisation de Linda Silver Dranoff

Elizabeth Stewart
Elizabeth Stewart a cofondé et a été présidente des communications de la Barbra Schlifer Commemorative Clinic, un organisme au service des femmes violentées. Elle a également été présidente de l’Association canadienne des femmes cadres et entrepreneure, une organisation consacrée au réseautage des femmes d’affaires de partout au pays. À la Fondation canadienne des femmes, elle a occupé le poste de directrice du marketing de 1991 à 2001 et a siégé de manière informelle au comité consultatif national de la Fondation. Elle a été membre du conseil d’administration de la YWCA de Toronto, où elle a occupé les fonctions de secrétaire et de présidente du comité de développement. Elle a aussi facilité le programme des cadres bénévoles de la YWCA Canada. Elizabeth est actuellement chargée de cours dans le cadre du programme de Design Management à l’Université Ryerson et est propriétaire de Stewart Associates, un cabinet de conseil en marketing.
Image : avec l’aimable autorisation d’Elizabeth Stewart

Julie White
Julie White est l’ancienne directrice générale de la Fondation Trillium de l’Ontario et de l’Institut national du cancer du Canada/Société canadienne du cancer. Elle a travaillé pendant plus de 25 ans dans le domaine de la philanthropie et a été PDG des Fondations philanthropiques du Canada. Julie a reçu de nombreuses distinctions pour sa contribution à la philanthropie au Canada, dont la Médaille du jubilé de diamant du Gouverneur général, le prix « Femmes de mérite » de la YWCA, le prix pour contribution publique exceptionnelle de la Schulich School of Business et le Changing the Face of Philanthropy Award du Women’s Funding Network. Elle a été la première présidente du conseil d’administration de la Fondation canadienne des femmes. Julie est actuellement propriétaire de Long Point Honey Co., une production artisanale de miel biologique dans le comté de Prince-Édouard, en Ontario. Elle siège au conseil d’administration de l’Association des apiculteurs de l’Ontario depuis 2011.
Image : dossiers de la Fondation canadienne des femmes

Susan Woods
En tant que toute première employée de la Fondation canadienne des femmes, Susan a guidé une partie de la planification initiale de l’organisation. Susan a également été membre fondatrice de Chez Toit, un organisme de bienfaisance national qui cherche des solutions à long terme au phénomène de l’itinérance, et présidente du conseil d’administration de la St. Christopher House, aujourd’hui connue sous le nom de West Neighborhood House, à Toronto. Susan est également l’ancienne présidente du conseil d’administration de la YWCA de Toronto. Elle a été reconnue en 2009 par la Havergal Old Girls’ Association pour ses réalisations exceptionnelles dans les domaines de la conscience sociale et du renforcement communautaire.
Image : avec l’aimable autorisation de Susan Woods