Rejoignez Le soulèvement des mères

La pandémie a un effet dévastateur sur les mères et les proches aidantes de divers horizons au Canada.

Les soins et les responsabilités domestiques non rémunérés reposent en grande partie sur elles. En même temps, plusieurs d’entre elles sont confrontées à des risques élevés dans leur travail rémunéré de prestation de soins en première ligne. Au cours de la pandémie, elles ont subi de nombreuses pertes d’emploi. Les fardeaux et les obstacles sont pires pour les personnes en situation de pauvreté, de discrimination, et de violence fondée sur le genre.

Le travail que font les femmes et les personnes de diverses identités de genre pour prendre soin de nous est sous-évalué. La justice de genre est la solution.

« Mon travail de parent est dix fois plus difficile à faire à cause de ça. Au cours de l’année dernière, j’ai lutté contre de graves problèmes de santé mentale. »

Participante au sondage

« Je me sens très accablée et anxieuse. C’est difficile de s’occuper autant de mes enfants toute seule, de travailler et d’être isolée. »

Participante au sondage

Les faits

Les mères au Canada : Points saillants du sondage national

46 %

des mères sont poussées à bout

  • 70 % des mères s’inquiètent de la santé mentale de leur famille
  • 3 mères sur 5 aimeraient faire de leur santé mentale une priorité
  • 28 % (plus du quart) des mères disent qu’elles ont du mal à répondre aux exigences du travail
  • 27 % des mères ont peur de prendre un congé par crainte de perdre leur emploi
  • 46 % des mères se disent épuisées à force d’essayer de concilier le travail et les responsabilités liées aux enfants

Beaucoup plus de mères que de pères disent …

Mères
Pères

qu’elles ont dû mettre leur carrière en veilleuse afin de gérer les responsabilités familiales et parentales (32 % contre 21 %)

  • qu’elles en font plus que leur conjoint lorsqu’il s’agit de gérer les horaires et activités des enfants (67 % contre 28 %) et de soutenir leur éducation (59 % contre 31 %)
  • qu’elles en font plus que leur conjoint pour organiser la garde des enfants quand les écoles sont fermées (44 % contre 33 %)
  • qu’elles se sentent anxieuses (43 % contre 35 %), isolées (38 % contre 25 %) et en colère (26 % contre 18 %)

« Parmi les mots suivants, indiquez celui qui décrit le mieux ce que vous ressentez ces jours ci. »

Colère

0%
Mères
0%
Pères

Désespoir

0%
Mères
0%
Pères

Tristesse

0%
Mères
0%
Pères

Isolement

0%
Mères
0%
Pères

Peur

0%
Mères
0%
Pères

Anxiété

0%
Mères
0%
Pères

Sondage réalisé en avril 2021 par la Fondation canadienne des femmes, en partenariat avec la société d’analyse d’opinions Maru/Matchbox.

« Je suis la dernière sur la liste. Mes enfants et mon mari passent en premier. J’essaie de tout faire pour qu’ils se sentent bien. Qu’ils s’estiment heureux. Qu’ils soient à l’aise au sein du chaos créé par la COVID 19. Il ne me reste plus rien. »

Participante au sondage

« Le personnel à temps partiel n’a pas droit à des congés de maladie, à des congés pour raisons personnelles, etc. Si vous devez vous absenter pour aider vos enfants ou pour faire face à tout ce qui se passe, cela complique considérablement les choses. »

Participante au sondage

Points saillants du sondage

« Qu’est-ce qui ferait la plus grande différence positive dans votre vie aujourd’hui? » Voici les réponses que nous avons obtenues, par ordre de priorité :

  • Un service de garde d’enfants abordable
  • Un meilleur salaire
  • Des politiques favorables à la famille sur le lieu de travail
  • Des possibilités de trouver un meilleur emploi

« Quels sont les principaux obstacles que vous rencontrez aujourd’hui? » Voici les réponses que nous avons obtenues, par ordre de priorité :

  • Les problèmes de garde d’enfants
  • Les obstacles liés au revenu
  • Les obstacles liés à l’emploi
  • La discrimination

« C’est pénible. Je m’occupe de mes enfants et de mes parents tout en essayant de me maintenir en bonne santé et en bonne forme. J’ai aussi des responsabilités envers mon employeur. C’est l’épreuve du feu. Cette année, j’ai subi de nombreux coups durs et j’ai pleuré plus que jamais. »

Participante au sondage

« Les vies se mélangent toutes : d’habitude, je passe la journée à courir d’une réunion à l’autre, à préparer des collations et à essayer de faire tout mon possible pour que ma famille puisse dîner à une heure raisonnable. Et je suis l’une des chanceuses qui bénéficient d’une aide familiale pour la garde des enfants pendant la pandémie. Honnêtement, je ne sais pas comment les femmes qui se débrouillent toutes seules réussissent à s’en sortir. »

Participante au sondage

Autres recherches importantes

  • Les mères assument l’équivalent de deux emplois à temps plein. Les femmes ont déclaré consacrer en moyenne 68 heures par semaine à la prestation de soins avant l’arrivée de la COVID-19 au Canada et 95 heures par semaine après celle-ci, contre 33 et 46 heures pour les hommes.
  • Les niveaux de dépression et d’anxiété chez les mères ont presque doublé : 35 % des mères ont signalé des symptômes de dépression en 2020, contre 19 % pendant la période prépandémique.

« Je suis une minorité visible, une personne de couleur avec des enfants, et une femme. Ces trois facteurs ont contribué à causer une discrimination dans ma vie. J’essaie de concentrer mes efforts à développer ma carrière professionnelle, ainsi qu’à élever des enfants qui font également face au racisme systémique… Je suis fatiguée. »

Participante au sondage

« En “temps normal”, il est presque impossible d’être à la fois mère et femme de carrière. Jongler entre les deux est épuisant, tant mentalement que physiquement. La pandémie rend encore plus impossible le fait d’être une proche aidante pour mes trois enfants et d’être toujours présente au travail. Perdre un revenu dont je ne peux me priver, perdre la responsabilité de mon employeur et perdre confiance en ma capacité de subvenir aux besoins de ma famille. »

Participante au sondage

Visionnez

Événement : Voix du Soulèvement des mères

Écoutez les mères et les proches aidantes des divers horizons au Canada qui ont pris la parole, le 4 juin dernier, lors de notre événement virtuel pancanadien.

Quelle est l’étape suivante?

Donne afin d’aider les mères et les proches aidantes à s’élever

Rejoignez Le soulèvement des mères et levez-vous pour la justice de genre. Votre généreux don aidera les mères et les proches aidantes de divers horizons à bénéficier des programmes et du soutien qui leur sont nécessaires. De plus, il entraînera les changements dont le Canada a besoin pour permettre aux mères et aux proches aidantes de s’élever.

Faire un don mensuel pour soutenir tout au long de l’année 

Apportez votre soutien aux mères et aux proches aidantes

Le 19 avril, le gouvernement fédéral a fait l’annonce historique qu’il s’engage à investir dans l’apprentissage et la garde des jeunes enfants.

Ce développement important est attendu depuis longtemps. Les services de garde d’enfants au Canada sont inabordables et inaccessibles depuis trop longtemps. En outre, les ruptures liées aux insuffisances de gestion sont devenues particulièrement flagrantes pendant la pandémie.

La promesse rassure. Maintenant, nous devons faire en sorte que tous les gouvernements rendent des comptes aujourd’hui et à l’avenir. À l’occasion de la fête des Mères, envoyez une lettre à vos représentants pour leur faire savoir que vous soutenez cet effort et que vous les obligerez à tenir promesse.

Envoyez la lettre

Ce que fera la Fondation canadienne des femmes

La pandémie fait partie de l’histoire, mais ce n’est pas toute l’histoire. En 2022, nous examinerons de nouveau le « bilan de santé » des mères et des proches aidantes. Nous en apprendrons davantage sur la façon dont les différents groupes de femmes ainsi que les personnes bispirituelles, trans et non binaires vivent les choses différemment selon leur identité et la région où elles habitent.
Une part importante de notre rôle consiste à contribuer à l’amélioration des politiques publiques et des réponses gouvernementales. Les informations que nous avons recueillies, ainsi que les autres recherches et études, sont très utiles à cet égard.
La Fondation soutient de nombreux organismes qui offrent des services aux femmes, aux filles et aux personnes de diverses identités de genre dans toutes les régions du Canada. Ces renseignements leur seront utiles pour répondre aux besoins des communautés à la base, partout au pays.
Nous avons pour objectif d’inciter le Canada à favoriser l’égalité des genres et de la justice grâce à d’excellentes subventions et à des efforts de changement systémique. Ces connaissances nous aident à orienter nos efforts dans la bonne direction.

« Quand je pense à tout ce que cela représente pour l’autodétermination et la réalisation de soi des femmes et des personnes de diverses identités de genre, cela me met en colère. Pourquoi contraindre et accabler les gens de cette manière? En limitant les gens de cette façon, que cherchons-nous à accomplir? »

Participante au sondage

« Je suis tout à fait épuisée. Je suis tellement épuisée qu’aucun repos ne peut me ressourcer. Je dois être disponible à 110 %, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Tout le monde a accès à moi, en tout temps. On dit qu’il faut un village pour élever un enfant. Avant la pandémie, même si mon village était petit, il était là. Même lorsque les pauses étaient rares et espacées, elles avaient lieu. Maintenant, je n’ai plus de village et je n’ai pas eu une seule pause depuis plus d’un an. »

Participante au sondage
Inscription : mises à jour par e-mail (en anglais)

Donne afin d’aider les mères et les proches aidantes à s’élever

Faire un don mensuel pour soutenir tout au long de l’année 

Pour en savoir plus